Dans l’entreprise, les ingénieurs sont les plus mauvais en anglais !

Dans l’entreprise, les ingénieurs sont les plus mauvais en anglais

9 entreprises sur 10 tournées vers l’international estiment que la maîtrise de l’anglais est indispensable, selon une étude de l’institut Cambridge English. Or son enseignement dans les écoles d’ingénieurs n’est pas à la hauteur.

Pour communiquer à travers le monde, l’anglais est la langue à maîtriser. Pourtant, dans les entreprises dont l’activité est tournée vers l’international, cette langue n’est pas parlée par tous. C’est en Espagne que la résistance est la plus forte, où seulement 80,6% des sociétés interrogées estiment que l’anglais est important, selon une étude internationale menée par l’institut de langues Cambridge English (1). Tout juste derrière, vient la France avec 85,4% des sondés qui estiment que cette maîtrise est importante pour leurs activités. En comparaison, ce sont 100% des entreprises allemandes et portugaises qui trouvent en toute logique que c’est indispensable.  

Même si l’entreprise juge l’anglais comme une langue indispensable pour ses activités, cela ne signifie pas que ses salariés ont forcément le niveau nécessaire. « Quelle que soit la taille de l’entreprise (de la TPE à la grande entreprise), il y a toujours un décalage entre le niveau requis et le niveau réel des salariés » soulignent les auteurs de l’étude. En France, les cadres œuvrant dans le top management sont ceux qui affichent le meilleur niveau en anglais: 94,6% d’entre eux possèdent les compétences requises et un bon niveau de formation en anglais des affaires. Le secteur du marketing affiche aussi un niveau satisfaisant (87,3%). Les plus mauvais élèves sont à chercher parmi les ingénieurs: dans cette catégorie, seulement 58,5% des salariés ont le niveau requis par rapport aux besoins de leur fonction. Les ressources humaines font à peine mieux avec 59%.

graph-industrie-anglais-500

Peu de salariés reçoivent une formation

Mais pourquoi les ingénieurs affichent un niveau aussi médiocre? « L’enseignement de l’anglais en école d’ingénieur est insuffisant, les professeurs considérant que le secondaire a fait le travail, ce qui n’est pas toujours le cas… », constate Cambridge English.

Pour lutter contre le faible niveau d’anglais, les entreprises ont une méthode bien définie: recruter les candidats qui ont déjà de réelles compétences en langue anglaise. La formation des salariés en poste est une option très rarement retenue: 3% des entreprises françaises indiquent proposer des formations à leurs salariés dans les ressources humaines, la comptabilité gestion et enfin aux ingénieurs. Ce taux chute à 1% pour les salariés des services commerciaux. « En France, seules les entreprises de taille moyenne (entre 500 et 999 employés) montrent une réelle volonté de proposer des formations en anglais à leur personnel (hors fonctions top management et marketing) », mettent en avant les auteurs de l’étude. 

La maîtrise de l’anglais est pourtant un atout pour la carrière des salariés. 6 sur 10 estiment que cela leur a permis de gravir plus rapidement les échelons et d’avoir accès plus facilement à des postes d’encadrement.  Nos stagiaires nous en remercie d’autant plus.

Source : http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/dans-l-entreprise-les-ingenieurs-sont-les-plus-mauvais-en-anglais-1072324.html